LE REGIME NUMERO 7




C’est à travers ce régime que la macrobiotique s’est fait connaître en bien et en mal. Le régime No. 7 dans la classification d’Ohsawa, qui en compte 10, a fait couler beaucoup d’encre et c’est certainement le plus controversé.

« Mono diète au riz complet, boire aussi peu que possible »

À part le jeûne ont ne peut pas trouver plus simple; simplicité, efficacité, attention danger. Nous pouvons voir dans ce régime une application de la 5èm. loi de la logique universelle. “ Loi de la balance. Plus grande la face, plus grand le dos “. Ce qui revient à dire, plus grande l’efficacité plus grand le risque.


Petit historique; le hasard faisant bien les choses l’année 1964 voit émerger deux événements en apparence insignifiants mais qui marqueront profondément notre siècle.

La parution d’un petit livre vert “ le zen macrobiotique “ de Georgess Ohsawa, dont le thème est “ non credo, vivre pavro “, ne plus croire, se contenter de peu pour vivre libre.
Les débuts de la mode hippie dont l’éthique prône la liberté, la non violence, le retour à une nature idyllique et par-dessus tout le rejet de la société de consommation, les événements de mai 1968 accéléreront encore ce retour à un mode de vie naturiste.

Aucun doute dans une telle conjoncture “ le zen macrobiotique” devient rapidement le livre de chevet de tout hippie qui se respecte, mais si la convergence est parfaite sur une certaine philosophie de la vie, par contre en ce qui concerne les pratiques alimentaires, le mélange est explosif. Vous l’aurez compris “ la petite fumée “ et une alimentation restrictive, riche en sel, en miso, en tamari et en gomasio, extrême yin et extrême yang, à ce régime si le corps physique tient le coup, l’esprit lui, se détache et s’envole parfois pour ne plus redescendre. Si les adultes s’accommodent de ce régime, parmi les enfants de couple hippie macrobiotique certains connaîtront de graves déficiences et même quelquefois la mort.

“La théorie sans la pratique est inutile et la pratique sans la théorie est dangereuse. “
Voilà le problème, appliquer les directives macrobiotiques sans connaître les principes de la dialectique universelle, c’est comme faire conduire une voiture à un aveugle.

Le “ zen macrobiotique “ n’aborde l’aspect diétético-thérapeutique que d’une manière très succinct et reste assez évasif sur la philosophie. Il a été écrit par G.O. à l’intention des nombreux étudiants qui avaient déjà participé depuis 10 ans aux divers camps où il enseignait avec sa femme Lima les applications pratiques du Principe Unique de l’Ordre de l’Univers et G.O. n’avait certainement pas prévu l’engouement de milliers de jeunes hippies totalement ignorants des règles dialectiques sous-jacentes à l’alimentation macrobiotique.

Malheureusement au lieu d’avoir un impact positif cette vogue a certainement causé énormément de tort au mouvement macrobiotique, en premier lieu en associant dans la mémoire populaire, hippie, macrobiotique et cannabis et secundo en focalisant l’attention à travers la publicité orchestrée par les médias de l’époque sur quelques accidents et suicides dus à une pratique superficielle inconsciente .

Ce préambule devrait nous inciter à ne pas se lancer inconsidérément dans des mono-diètes quelles qu’elles soient et plus particulièrement dans se fameux régime No. 7 comprenant 100 % de céréales.

C‘était l’époque héroïque où de nombreux débutants isolés, y compris moi-même n’avions que le petit livre vert comme unique outil de référence. Nous pouvons comprendre la difficulté et le danger d’une telle approche, particulièrement lorsque le fanatisme remplace l’enthousiasme.

Dès 1975 les choses changeaient radicalement avec l’organisation dans toute l’Europe de multiples séminaires avec le nouveau leader de la macrobiotique mondiale le professeur Michio Kushi.

L’expérience aidant avec un grand choix de livres et de périodiques, la macrobiotique est devenue omnisciente. C’est également depuis cette époque qu’il existe deux courants, la tendance française yang plus stricte et restrictive de l’école Ohsawa et le courant américain de Kushi plus réaliste, mieux intégré mais plus yin.

D’après mon expérience, sitôt rétabli dans sa santé, chacun devrait trouver le plus rapidement possible sa propre voie en tenant compte des facteurs yin-yiologiques habituels ; tels que constitution, condition, âge, environnement,  etc.

Pourquoi une mono diète de céréale, à quoi tient son efficacité et quels sont les effets secondaires.

Les graines de céréales, de légumineuses et d’oléagineux sont la nourriture principale des hommes depuis des millénaires, elles sont à la base de toutes les grandes civilisations, les autres aliments, fruits, légumes, viandes sont des aliments secondaires il n’est pas recommandé de les introduire en proportion importante dans un repas équilibré. Dans la graine toute l’énergie vitale est concentrée prête à jaillir pour perpétuer sans relâche la vie des espèces. Cette concentration énergétique centripète en fait l’aliment le plus yang du monde végétal.

Pour autant que les céréales soient complètes, leur valeur nutritive est la mieux équilibrée parmi tous les aliments. Mais ce qui en fait l’aliment idéal pour une mono-diète c’est que les céréales contiennent très peu de déchets, connus sous le nom de purines comme l’acide urique et la xanthine qui sont de véritables poisons pour l’organisme.

Voici les dosages comparatifs de purines en mg./100gr. dans quelques aliments.

Viande = 1500 – Poissons = 150 – Café = 1000 – Cacao = 2200 – Thé = 2800 – Pains = 50 – Carottes = 5 – Riz = 0

Le riz ne contient aucune purine, c’est la raison pour laquelle en macrobiotique le riz est la céréale de la détoxication et par conséquent la céréale de la guérison.
En cas de problème revenez toujours au riz et aux autres céréales, pas ou peu de toxine, très énergétique, voilà la raison du régime No. 7.

Précaution : Le riz a un grand pouvoir de nettoyage de l’organisme, les toxines ainsi libérées sont véhiculées par le sang avant d’être éliminées par le système excrétoire. Il est facile de comprendre qu’en cas de forte accumulation, cette brusque diffusion de déchets dans tout le corps, peut causer des phénomènes d’élimination qui sont l’équivalent d’une mini intoxication.

Pour les macrobiotiques et les végétariens il n’y a en général pas de problème, pour les carnivores et les personnes malades il est préférable de suivre quelque temps le régime macrobiotique standard avant de se lancer dans un No. 7 aux conséquences incertaines. Cela dit après les précautions d’usage et en faisant preuve d’un minimum de bon sens, tout macrobiotique devrait faire l’essai de 10 jours de No. 7 . Soit sous le contrôle d’un praticien macrobiotique si c’est pour raison de santé, soit à titre personnel en tant qu’exercice de la volonté ou d’expérience spirituelle.

Il existe plusieurs variantes dans le No. 7 suivant le but et l’action recherchés.
Si on veut tirer la plus grande efficacité d’une telle diète la première chose à faire, c’est de choisir le No. 7 qui convient le mieux en fonction de la condition physique et psychique du moment. La seconde qui a une grande importance c’est de se préparer mentalement et physiologiquement pour décider du meilleur moment, jour, mois, saison, pour commencer. On composera son No. 7 , selon ses besoins, sachant que chaque céréale à une action spécifique.
Le riz est un puissant détoxiquant du sang, nettoie les tissus en profondeurs.
Le sarrasin et très énergétique, bon pour les personnes affaiblies et frileuses.
L’orge a une action calmante sur le système nerveux.

La céréale principale dans certaines circonstances peut être accompagnée par une autre céréale secondaire ou par un spécifique qui renforcera et complétera l’action . Quelques pickles faciliteront la digestion.


Quelques exemples de régime Ohsawa No. 7

Pour une durée de 10 jours maximum, pourquoi 10 jours ? On considère généralement qu’un dixième des globules rouges du sang se régénèrent chaque jour, donc en 10 jours notre sang sera entièrement renouvelé et nettoyé.

  • No.7.1 Le plus strict.
    Midi : Une fois par jour à midi : Un bol de riz complet + 1 c.c. de gomasio + une tasse de thé de trois ans. Rien d’autre.
  • No.7.2
    Matin : Un bol de crème de riz avec une c.c. de tamari.
    Midi : Un bol de riz complet avec gomasio + une 1/2 tasse de thé de 3 ans.
    Soir  : 1/2 tasse de thé de 3 ans.
  • No.7.3
    Matin : Un bol de crème de riz avec 1 c.c. de tamari.
    Midi : Un bol de riz avec gomasio + une tasse de thé MU.
    Soir : Comme à midi. ( mastiquer au moins 50 fois.)  avec 1 tasse thé 3 ans.
  • No.7.4
    Matin : Un bol de kokkoh avec tamari + 2 galettes de riz.
    Midi : Un bol de sarrasin ou de soba (pâtes de sarrasin)   + 1 c.c. gomasio.
    Soir : Un bol de millet ou de riz avec gomasio.
    3 tasses de thé de trois ans par jour.

No. 7 avec céréales et spécifiques :

  • No.7.5
    Matin : Un bol de crème de céréale ( riz, orge, avoine, kokkoh, etc. )
    Une tranche de pain complet tartinée au miso doux.
    Une tasse de café de céréale yannoh.
    Midi : Un bol de couscous ou de boulghour avec gomasio.
    Une tasse de thé de trois ans ou de thé MU.
    Soir : Un bol de crème de kuzu avec 1/2 prune  umeboshi et une c.c. de tamari.
  • No.7.6
    Matin : Un bol de tsampa ( orge grillé moulu ) + 1 c.c. de tahin + gomasio.Une tasse de thé MU.
    Midi : Un bol de sarrasin ou de millet avec 1/2 c.c. de  tekka.
    Une c.s. d’algues hizikis. Une noix de seitan, assaisonner au tamari.
    Une tasse de thé de trois ans.
    Soir : Un bol de riz. 2 c.s. d’azukis. Boire le jus d’azukis ( 1/2 tasse ).
  • No.7.7
    Matin : Un bol de porridge de flocons d’avoine avec gomasio.
    Une tasse de thé vert .
    Midi : Une tasse de bouillon de miso avec 1/2 feuille de nori.
    Un bol de soba 100 % sarrasin.
    Soir : Un bol de riz ou de quinoa avec tamari ou tekka.
    Une tasse de thé de riz.

Ceci donne un petit aperçu de la manière de concevoir le No. 7.

Encore quelques recommandations.
  • Pour des No. 7 de longues durées ( plus de 7 jours ) ajouter sur les céréales une pincée de persil.
  • Choisir avec soins un No. 7 et s’y tenir pour toute la durée de la cure.
  • Le gomasio doit être préparé dans la proportion de 1/7 à 1/18. ( 1 sel +7 à 18sésame ), suivant la condiution de santé.
  • Les céréales seront cuites avec le moins d’eau possible.
  • Utiliser un bol, plutôt qu’une assiette , et manger avec des baguettes, la raison ? Mesure plus régulière, et on mange plus lentement et moins liquide avec des baguettes.
  • Préparer les quantités pour 2 ou 3 jours, c’est plus facile.
  • Boire peu, bien mastiquer et pratiquer des exercices ou du Do-in chaque jour



Gérard Wenker