LE POTIMARRON

Pasted Graphic



Le potiron dont nous allons vous parler est un cousin de notre citrouille (famille des cucurbitacées), mais il est incomparablement meilleur de goût et plus nutritif. Il appartient aux variétés d'Extrême-Orient qui sont consommées cuits et dont la chair est délicieuse. Ces semences (en provenance de l'île d'Hokkaïdo, au Nord du Japon) ont été importées pour la première fois en 1957 par Georges Ohsawa, et de suite ce potiron, s'adapta parfaitement à notre climat. Depuis lors nous souvenant avec reconnaissance de ce don, nous avons chaque année gardé des semences pour les envoyer à des amis aux quatre coins du monde, et ce précieux potiron s'acclimata partout.

Il sied peut-être de dire à ce sujet que le potiron doux, capable de produire 30.000 kg à l'hectare, pourrait devenir un élément appréciable, dans la lutte de tant de peuples contre la faim... Une culture sans problème...

Le potiron doux se sème au mois de mai à 1,50 m de distance en tous sens, 3 graines ensemble à une profondeur de 2 cm. La préparation de la terre ne demande aucun soin particulier, mais on veillera à ce que le sol soit riche en matières organiques (compost), car le potiron aime l'humus. Dès que la pousse a environ 5cm de haut, on enlève les plants superflus pour ne laisser que le plus vigoureux de chaque emplacement. Le seul entretien consiste à sarcler la terre pour qu'elle reste meuble et que les mauvaises herbes ne puissent proliférer. Le potiron est normalement mûr vers le mois de septembre: à ce moment sa tige commence à se rider. A la récolte, on veillera à ne pas blesser le fruit et à le conserver dans un endroit frais et sec.

Le potiron doux se cultive facilement, même en hauteur ou en pots (en ce dernier cas il peut servir de plante ornementale). Sa couleur varie du vert au rouge, en passant par toute la gamme des teintes intermédiaires, (vert olive, bleu vert, jaune clair, jaune orange, orange, rouge orange, etc.). Le fruit est de petite taille (de 1 à 4 kg), d'une grande densité, très dur, rendant à la percussion un son plein. Si le potiron devient plus gros, plus aqueux et perd de sa densité, cela signifie qu'un croisement s'est opéré avec le potiron (ou citrouille) du pays, par le pollen transporté par les abeilles de l'un à l'autre. On peut reconnaître facilement ce dernier, non seulement à sa plus grande taille, mais aussi à sa peau plus lisse et au son creux qu'il émet lorsqu'on frappe dessus. D'autre part, il se conserve moins bien que le potiron doux.

Valeur diététique :
Le potiron doux (ou potimarron: nom que le professeur G. Ohsawa aimait lui donner à cause de sa saveur rappelant le marron), prend une place importante dans l'alimentation macrobiotique ou céréalienne, non seulement par son excellent goût et sa présentation agréable, mais surtout par sa richesse alimentaire et l'équilibre de ses composants.

Analyse du potiron doux (résultats exprimés sur 100 gr.)
Protéines (total) = 1,57 g.

Protéines (acides aminés)
Isoleucine 0,054g – Leucine 0,085g – Lysine 0,058g – Méthionine 0,019 – Cystine 0,009 – Phénylalanine 0,049 –Tyrosine 0,073 – Thréonine 0,040 –Tryptophane 0,033 – Valine 0,060 – Histidine 0,025 – Arginine 0,010 .

Provitamine A = 17.6 mg
Graisses = 0,014
Amidon = 8,92
Sucres = 2,93
Minéraux (total) 0,88

Minéraux (en mgr) :
Calcium 53 mg – Phosphore 104 mg – Sodium 7.34 mg – Potassium 32.2 mg – Magnésium 17 mg – Fer 1.06 mg – Silicium 0.38 mg.

Vous noterez cette très grande richesse en provitamine A (carotène). Le potiron doux est donc une excellente source de vitamine A. Signalons, pour terminer ces données analytiques, que le rapport Sodium/Potassium (Na/K) du potiron doux est de 1/4 soit très favorable selon le principe Yin Yang qui préconise 1/5 comme rapport Na/K idéal.

G.Ohsawa attribuait au potiron doux un pouvoir curatif dans beaucoup de maladies, surtout le diabète. Et effectivement, nous avons nous-mêmes été témoins de résultats surprenants chez des malades atteints du diabète au point de ne plus pouvoir être gardés en vie sans une piqûre quotidienne d'insuline.

Puisque nous sommes faits de ce que nous mangeons, que tous les constituants de notre édifice physique proviennent de notre nutrition, il est impossible de nier l'importance absolue de la nature et de la qualité de tout ce que nous ingérons pour vivre (y compris bien entendu l'eau que nous buvons et l'air que nous respirons). Les matériaux dont est construite une maison sont la base de sa solidité. Si elle est bâtie avec des matériaux de mauvaise qualité, il ne sera jamais possible d'en faire une bonne maison. Heureusement pour l'édifice humain, qui vit, évolue et se renouvelle sans cesse, il est possible de réparer à tout moment ses éventuels défauts de construction. Citons à ce propos ce qu'a dit le Professeur Docteur A. Kawabata, de l'université de Kyoto: «Le corps humain est composé approximativement de quatre trillions de cellules, mais de toutes celles que nous avons reçues de notre mère (incluant nos quelque 15 billions de cellules cérébrales), il n'en reste rapidement plus une seule».

Pendant que d'innombrables cellules meurent, il s'en forme constamment de nouvelles. Et chaque cellule répète le processus de la naissance, de la croissance, de la maturité, de la sénilité et de la mort. Nous pouvons dire que la santé est une belle harmonie de la vie et de la mort, et que la maladie est une disharmonie. Le véritable moteur de cette alternance de naissance et de destruction de nos cellules, est la nourriture que nous absorbons. La plus grande cause de la maladie provient d'une mauvaise alimentation: quand celle-ci est bonne, toutes les difficultés qui nous assaillent peuvent être beaucoup plus facilement résolues, et l'homme équilibré éprouve même du plaisir à leur faire face. La santé est la première loi éthique de chaque individu et en même temps l'idéal suprême de toute l’humanité .

Les possibilités de reconstruction ou de régénérescence de notre corps sont infinies : c'est le rôle des humbles aliments que nous donne la nature, le simple grain de riz issu d'une bonne terre non polluée par des produits chimiques, en bref, toutes les précieuses céréales, les bons légumes et fruits de culture biologique, les herbes sauvages, etc. C'est dans ce contexte que nous avons parlé du potiron doux, qui comme tant d'aliments naturels, possède en plus de sa valeur curative spécifique, un pouvoir préventif certain. Et il sied ici de revenir au diabète, dont il a été question plus haut : ce mal n'est pas en régression, (
voir notre article sur le diabète, dans la section “santé” ) loin s'en faut; il touche même des sujets de plus en plus jeunes, de sorte qu'il est bien utile de songer à sa prévention. Si les précieuses propriétés du potiron doux ne sont pas encore scientifiquement expliquées, il est cependant admis qu'il s'agirait de la structure biochimique toute particulière de ses hydrates de carbone.

Comme autre application des vertus du potiron, on peut citer ses graines, souveraines contre les parasites intestinaux. Ce remède fort efficace a été connu de tout temps dans les pays où pousse le potiron. Nos chats et chiens, aussitôt qu'ils sont affligés de vers, nous le démontrent d'ailleurs, en dévorant les graines de potiron que l'on met à leur disposition...


Passons à la cuisine..

menupotimarron

Potage au potiron (version 1)
(pour 8 personnes):
1
/2 kg d'oignons,
2 c.à s. d'huile de tournesol, ou de sésame,
un potiron doux,
2 litres d'eau,
50 g de farine de froment un peu tamisée,
4 c. à s. de Tamari ou du sel (ou les deux),
100 g de parmesan,
persil haché.


Soupe de potimarron (version 2)
300grs environs de potimarron -
1 c.à.s. de crème de sarrasin -
ao-nori - sel



Frites de potiron

1/2 kg de potiron doux, sel marin.


Frites de potiron "light"


Beignets de potiron

1/2 kg de potiron frais
pâte à beignets.



Potimarron farci :
1 potimarron
1 tasse de millet
50 grs de cèpes séchées
50 grs de parmesan (facultatif)
1 c.àc. de marjolaine -1 c.àc. de shoyu - 2 c.àc. d'huile de sésame -
4 échalotes moyennes -céleri-branche


Mash de potimarron :
1 petit potimarron -
3 c.à.s. d'huile de tournesol -
1 c.àc. de cumin - 2 oignons - poivre -
2 tasses de noix de coco râpée - 3 c.à.c. de curry - sel
Tarte au potimarron sucrée
500 grs de farine mi-blanche
1,2 dl d'huile de maïs - eau, sel
un potimarron petit ou moyen
1 tasse d'amasake
2 c.à.s. de malt, gingembre, ca
nnelle, muscade -2 c.à.s. d'arrow-root , amandes, ou noisettes ou autre noix moulues.