Pasted GraphicPasted Graphic 1Pasted Graphic 2Pasted Graphic 3

La jeunesse souffre



Autrefois, la jeunesse, c'était la joie de vivre! Notre enfance était pleine de joie.

Aujourd'hui, la jeunesse souffre! Elle est sans espoir, ni compas. Elle est la souffrance. Elle ne sait pas ce qu'elle doit faire. Ceux qui se trouvent satisfaits avec un peu de connaissance scientifique ou technique pour gagner leur vie sont hors de question. Mais ceux qui cherchent la signification de la vie, une valeur, quelque chose qui vaille que l'on vive, la vérité, sont perdus à mi-chemin.

La jeunesse d'aujourd'hui est incomparablement plus riche, pécuniairement, intellectuellement que celle d'autrefois. Mais elle est plus triste, pâle, incapable de trouver aucun contentement.

La jeunesse d'autrefois vivait plus humblement, plus simplement. Mais l'étudiant, sans stylo ni bracelet-montre, (
et sans tél. portable – sans iPod – sans console de jeu – sans etc.…! ) était plus joyeux, robuste et vivant. Chaque matin il faisait beau, le mauvais temps n'existait pas. Les oiseaux venaient aux fenêtres à l'aube, chantant pour nous réveiller: " Bonjour mes enfants! Il fait beau, il fait déjà jour, sautez de vos lits mes petits princes! " Et les petits princes sautaient de leurs lits et se mettaient en route,comme de grands rois. Il n'y avait jamais de vilain temps! La neige? Elle est si belle, vue du château et son jardin pour que les princes s'amusent. Et les princes marchaient dans la pluie, tout mouillés - Mais jamais enrhumés! L'orage? C'est le changement de décor. Le froid? Un rafraîchissement beaucoup plus sain qu'une bouteille de Coca-Cola! La chaleur? C'est l'invitation à la mer. Plus grande est la chaleur, plus grande la joie de sauter dans l'eau. Tout était beau, amusant, intéressant pour la jeunesse. La vie, c'était la joie infinie, la liberté sans limite. Elle était rose et brillante!

Aujourd'hui la jeunesse souffre. Elle est sombre, pâle et abattue. Elle est fatiguée de bon matin, écrasée sous un fardeau de soucis... travailler à l'école pendant des années... ensuite dans la société, pour un salaire quelconque, gagner sa vie, ou acheter un tout petit coin de terrain... dès cinquante ans, on entre dans la vieillesse... la retraite... maison de retraite... logé et nourri par l'État!... La vie est une dépendance, une dette! Un esclavage!

J'ai visité tant de pays et tant de peuples en Occident. J'y ai vu beaucoup de villes modernes, magnifiques, riches et belles, et rencontré tant de jeunes gens joyeux et gais.
Mais plus grande la face, plus grand le dos! Plus belle la face, plus triste le dos! Plus heureux le commencement, plus malheureuse la fin! C'est la loi de la vie, dans ce monde relatif et limité. La jeunesse, dans la civilisation scientifique et technique, est bien plus malheureuse qu'il n'y paraît, comparée à celle d'autrefois, ou d'un monde civilisé mais traditionnel. Depuis la diffusion de mes publications en une douzaine de langues étrangères, je reçois tant de lettres de la jeunesse de tous les coins du monde. Elles me demandent comment se sauver de misères de toutes sortes: maladies chroniques, incurables en réalité malgré le fameux développement de la médecine "merveilleuse" ; conflits mentaux fatals parmi les jeunes mariés, hostilité entre parents et enfants, obscurcissement de la vision spirituelle... déception... désespérance !

Il Y a beaucoup de jeunes gens perdus dans la jungle sans issue nommée" civilisation". C'est inimaginable. Ceux qui se croient heureux, c'est autre chose: ils ne savent pas encore que tous les rêves qu'ils rêvent sont décevants, sans exception ou presque. Attendons qu'ils se réveillent. Moi je ne vois que des malheureux. Je ne suis attiré que par les malheureux, je suis ami né des malheureux. Depuis mon premier malheur: la mort de ma mère qui avait 30 ans, laissant quatre petits enfants, dont l'aîné d'à peine 10 ans, je cherche l'origine de tous les malheurs dans ce monde. J'ai juré de la supprimer. Je l'ai trouvée grâce à la philosophie plusieurs fois millénaire que je m'efforce de diffuser depuis combien d'années! J'y ai tout consacré, et toute ma vie!

C'est pourquoi j'ai écrit tant de réponses pour ces jeunes gens. Mais tout cela en vain. D'abord, ils sont innombrables, sans fin, ensuite, ils sont ingrats et exclusifs. Dès qu'ils sont guéris, ils se sauvent et disparaissent! Celui qui m'imite en enseignant cette philosophie à ses pareils est très rare! Celui qui la comprend assez profondément, plus rare encore! La jeunesse est perdue, sans guide, ni compas. Où va la jeunesse? Elle bondit dans la jungle, y pourchasse des plaisirs éphémères, décevants - la jungle qu'on dit "civilisation scientifique et technique", la jungle pire que n'importe quelle jungle de ce monde. La jeunesse est comme un papillon qui se jette dans la gueule d'un Lion-Roi de la civilisation: argent, puissance, position, salaire, autorité, réputation... Elle ne sait pas que le bonheur éternel et la liberté ne sont pas dans la gueule du Lion-Maladie du jugement!

Les plus misérables sont ceux qui souffrent de gonorrhée et de syphilis, (
et maintenant du Sida ) ou celles qui ont des pertes vaginales. Ces maladies sont incurables par la médecine officielle des civilisés. Elle en chasse les phénomènes palliativement et symptomatiquement. Mais elle ne guérit pas du tout. La maladie est chassée dans la profondeur de la constitution pour devenir maladie chronique, et menacer son hôte-proie toute la vie: arthritisme, rhumatisme, maladie cardiaque, scléroses de toutes sortes, etc... jugement voilé, enfin maladies mentales!

J'ai vu beaucoup de lettres extrêmement tristes: celles de ceux qui ont passé dix, vingt, trente ans, même cinquante ans sans être mariés, à cause de ces maladies contractées dans la jeunesse! C'est terrible même à imaginer. La civilisation ne guérit pas ces pauvres gens! Son jugement est complètement voilé! Elle ne sait pas construire la base fondamentale du bonheur: la santé biologique et physiologique d'abord. Le bonheur, dans le monde civilisé, c'est celui de la majorité! La majorité est un beau nom, mais la majorité sacrifie la minorité! Cette minorité qui peut être de 1.749.999.999 sur 3.500 millions! Même plus, beaucoup plus! Cette conception de “la majorité avant tout” est fausse. C'est l'ignorance totale, caractéristique de la civilisation. La majorité est une force aveugle. La masse a le jugement voilé. Et c'est le jugement voilé qui est considéré comme la justice absolue ou relative dans la civilisation. DÉMOCRATIE! La justice, dans le monde civilisé, c'est la puissance! C'est la conception de l'Enfer!

La jeunesse souffre! Pauvre jeunesse américaine (et européenne !) qui cherche quelque “merveille” comme LSD, cocaïne, héroïne, etc... Elle confond la macrobiotique et la morphine! Elle est la fidèle croyante de son Dieu: la science moderne!...
Voilà pourquoi le monde est tellement fou aujourd'hui. Les civilisés ont déjà fabriqué 100 000 bombes H, avec lesquelles on peut anéantir plus de 75 fois l'humanité et toute la structure de la civilisation! Et ils continuent d'en fabriquer en compétition! Le jugement est voilé. C'est la maladie de l'humanité. Nous, qui connaissons le seul remède à cette maladie, sommes si peu nombreux! Mais si nous ne pouvions pas guérir cette maladie de l'homme, nous serions complices de ces tueurs-fabricants de bombes. La transmutation complète de toutes les valeurs du monde civilisé, voilà notre tâche! Et nous devons sauver la jeunesse avant tout.


Georges Ohsawa ( 1960)