La maladie vient de l'alimentation


 

Je suis convaincu qu'un homme malade est un criminel et que la maladie est son châtiment. Les petits enfants, qui ne peuvent juger par eux mêmes, font exception à cette règle. Dans ces cas-là, le châtiment est reporté sur les parents: quand leur enfant est malade, ils souffrent. Par essence, quiconque devient malade ou rend malade un enfant ne connaît pas l’ordre de l'univers.

Nécessairement, notre corps est lié au monde relatif, matériel; mais notre esprit (jugement) est absolument libre. Tous, nous avons un esprit qui peut aller n'importe où, à n'importe quel moment, dans le monde absolu, infini. En faisant usage de celui-ci nous pouvons voir le passé et l'avenir en un instant. Ce monde de l'esprit (compréhension) est en réalité le monde de Dieu - Infini ou Un. Comme, en fait, nous sommes tous habitants de ce monde absolu de l'esprit, nous ne pouvons pas dire que nous ne le connaissons pas. Comme, de plus, nous possédons tous un esprit, celui qui dit : "Je ne connais pas Dieu" ou se conduit comme s'il ne le connaissait pas, est le plus grand criminel. En comparaison de ce crime, tous les autres sont bénins.

Celui qui ne peut vivre dans le monde infini (le monde de l'esprit ou compréhension) ne sera jamais heureux, n'accomplira jamais une seule chose ayant réelle valeur. Une telle personne finit dans la maladie et la tristesse.

Epictète a dit: "De toutes les choses à connaître, il n'y en a qu'une que l'on doive considérer du point de vue du bien et du mal. Connaître ou reconnaître Dieu ou l'Infini est bien. Ne pas le connaître ou le reconnaître est mal. La considération du bien et du mal pour toute autre chose est, en comparaison, sans signification, inconséquente. Elle révèle qu'un individu a du monde une conception erronée".

La compréhension et Dieu étant une seule et même chose, nous pouvons voir à la lettre que c'est la compréhension qui guérit la maladie. Si quelqu'un ne peut entrer dans ce monde de l'esprit (compréhension), il ne pourra ni guérir, ni être heureux (en Orient, esprit signifie Absolu, ou Tao, ou Ordre). Avec une telle lumière, il est compréhensible qu'il ne soit pas difficile à Dieu de guérir maladie et malheur.

En macrobiotique, nous disons que la maladie vient de l'alimentation. C'est vrai, mais le choix actuel de notre alimentation dépend de notre compréhension. Si nous connaissons Dieu ou compréhension, nous ne pouvons pas prendre une mauvaise alimentation. Celui qui ne peut voir l'Ordre de l'univers, n'importe où, ne peut trouver l'alimentation juste et en conséquence il tombe malade.

Depuis qu'en macrobiotique nous comprenons que la maladie psychologique, ou maladie de l'esprit, est provoquée par l'alimentation, nous sentons que la guérison aussi dépend de l'alimentation. Ainsi seulement, nous pouvons avancer dans la voie de la guérison physique.

La maladie physique indique: maladie de l'esprit ou maladie dans notre façon de penser. Celui qui pense que la macrobiotique n'est qu'une méthode pour guérir seulement de la maladie physique ne peut jamais trouver une aide réelle, car la macrobiotique n'est pas une médecine pour supprimer douleur ou souffrance, mais est seulement un enseignement qui guérit la souffrance, à la source. Qui est guéri une fois ne retombera jamais malade. La consultation macrobiotique, par suite, n'a lieu qu'une fois dans une vie. Nous donnons une consultation une fois à un malade - ceux qui reviennent une seconde fois montrent, par ce fait, qu'ils n'ont jamais cherché la vraie cause de leur difficulté. Quelques-uns pensent que la macrobiotique est l'enseignement d'un régime diététique - le fait de manger du gomasio (graines de sésame mélangées à du sel marin), des carottes et du riz complet. D'autres s'imaginent qu'elle se résume dans le précepte: "Ne manger ni gâteaux, ni sucre". Comme ils sont loin de la vérité. La macrobiotique est le procédé pour nous transmuter nous-mêmes, de telle sorte que nous ne puissions pas seulement manger quelque chose que nous aimons sans craindre d'être malade, mais aussi, c'est vivre une vie heureuse au cours de laquelle nous pouvons accomplir toute chose que nous avons choisie. Que signifie "être macrobiotique"

Être macrobiotique, en un mot, c'est connaître l'Infini, vivre dans l'Infini, remercier l'Infini, c'est avoir toujours un sentiment d'étonnement émerveillé et de gratitude envers l'infini. Sans cela nous ne pouvons être réellement en bonne santé. Nos vies s'épuisent dans la contemplation de la souffrance et du malheur. S'il pouvait arriver à un individu de posséder seulement la santé physique, sans qu'il soit lui-même intimement relié à l'Infini, il ne connaîtrait jamais le grand bonheur et la sécurité. Mais s'il vit selon la macrobiotique, il acquerra automatiquement la mentalité qui fait vivre heureux et en paix pour toujours.

Qui n'a jamais été malade, n'est pas véritablement en sécurité, car sa santé est un don hérité de ses parents. La véritable santé est celle que vous avez créée vous-même à partir de votre maladie. C'est seulement dans le cas où vous avez vous-même produit votre propre santé que vous avez connaissance de votre merveilleux état actuel. Pour cette raison beaucoup de gens en bonne santé gaspillent cette santé - ils la violent par ignorance, sans savoir toute la valeur qu'elle a en réalité. Celui qui connaît la réelle valeur de la santé dispense joyeusement ses connaissances en disant aux autres ce qu'il sait. Si vous êtes en bonne santé, mais si vous n'essayez pas de donner de votre joie aux autres, vous ignorez combien cette joie est en réalité sans prix.

Le but de la macrobiotique est de procurer les moyens qui établissent cet état de joie absolue. Si vous acquérez un état d'esprit tel, toute plainte, insécurité, tristesse, crainte, souffrance et arrogance disparaissent. Ce qui reste est joie, amour, liberté, foi. Dans cet état, il y a toujours gratitude. Nous disons merci à tout et pour tout. L'homme qui se trouve à un tel niveau ne peut rester silencieux, sans rayonner de gratitude, puisque le monde entier est si plein de joie. Un tel homme, même s'il tombe malade ou s'il a de grandes difficultés, peut changer sa souffrance en joie immédiatement. Si quelqu'un l'attaque avec une pierre, cette pierre se change en fleur. Si l'arme est une épée, l'épée devient miroir. Si on lui donne du poison, le poison est médicament. En d'autres termes, la macrobiotique nous enseigne comment transmuter cet univers relatif, éphémere, captif, triste et étroit en ciel infini et plein de joie.

Si vous n'avez ni l'intention de comprendre, ni le désir d'entrer dans le Royaume des Cieux, il est préférable que vous ne deveniez pas macrobiotique. Celui qui ne veut pas entrer dans le Royaume des Cieux (exactement comme ceux qui recherchent uniquement la réputation ou la richesse ou la situation) a la plus grave de toutes les maladies - ou égotisme. C'est le crime le plus grand et le fondement de tout malheur. Il n'y a pas de malheur plus grand que celui de penser "je suis riche" ou "je suis en bonne santé" car telle richesse ou telle santé peuvent se changer en pauvreté ou maladie en l'espace d'une nuit.

La macrobiotique est aussi juste pour les gens bien portants que pour ceux qui sont malades. En fait, ceux qui sont bien portants doivent être guéris les premiers. Mais les malades sont facilement guéris puisqu'ils cherchent la santé, tandis que ceux qui sont physiquement bien portants, au contraire, sont contents de leur petite chance et avantage et ne cherchent rien d'autre - par suite il est difficile pour eux de guérir.

Celui qui est malade et qui comprend l'Infini est plus heureux que celui qui est en bonne santé mais ne peut entrer dans le Royaume des Cieux de l'Univers Infini. Ainsi, je suis donc reconnaissant envers la maladie.

La médecine occidentale guérit les symptômes de la maladie, non pas en faisant comprendre mais en employant les moyens artificiels de l'injection. En conséquence, ceux qui sont guéris de cette manière perdent leur chance d'entrer dans le Royaume des Cieux. Je crois que la médecine occidentale commet là un très grand crime.

Le pouvoir de guérison est dans notre compréhension. Mais le moyen pratique de développer cette compréhension et de guérir la maladie est dans l'alimentation, dont nous distinguons les qualités par l'intermédiaire de notre jugement (compréhension). Si nous ne pouvons dévoiler notre jugement nous ne pouvons reconnaître l'alimentation correcte. Le pouvoir de guérison est dans notre compréhension. La maladie nous est donnée pour que nous puissions trouver cette compréhension. Si nous ne pouvons la trouver, ce que nous avons de mieux à faire est de rester malade jusqu'à ce que nous puissions y parvenir. Ainsi seulement nous pourrons acquérir la meilleure santé et la plus grande joie.


Georges Ohsawa