La guérison macrobiotique



Une polémique s'est installée – à juste raison – aux U.S.A. concernant la mort de certains responsables macrobiotiques, du cancer de Michio et d'Aveline Kushi et du décès d'un groupe de malades atteints du sida et qui se soignaient par la diète macrobiotique.

Sans entrer dans le détail de ces controverses qui remettent en cause les protocoles de soins qui ont cours aux États-Unis ( régime standard, riz à la pression.etc), je voudrai à travers cet article, remettre la macrobiotique à sa place. La macrobiotique est un Art de vivre, et non une thérapie diététique universelle.

La dérive médicale dans l'utilisation exclusive de certaines applications liées à la macrobiotique est une grave erreur de jugement. C'est malheureusement la direction dans cette spécialisation que certains groupes et individus avides de $ ont pris. Les malades abandonnés par la médecine symptomatique, à court de traitements efficaces, étant une source inépuisable de profit.

Guérir toutes les maladies, un rêve illusoire que toutes les civilisations, tous les peuples, toutes les sociétés humaines ont tenté de réaliser.

Chaque peuple à chaque époque a développé un art de soigner et de guérir qui fait appel à des procédés bien différents. Nous pouvons distinguer deux approches fondamentales, l'une plus " spirituelle" basée sur des croyances, dans laquelle nous trouvons : incantation - sacrifice - offrande - magie - prière - imposition - reiki - etc. et l'autre qui fait appel à la connaissance : phytothérapie - aromathérapie - homéopathie - allopathie - chirurgie - médecine scientifique - ayurvédique - MTC - etc.

La méthode bio-médicale de soins macrobiotique se situe sur ces deux plans, le spirituel et le physique. Pour la guérison spirituelle, c'est le comportement de la personne qui doit changer. La guérison physique, elle, est obtenue par une méthode alimentaire et des soins externes appropriés.

Pour qu'une guérison soit complète et définitive, il est indispensable de mettre en oeuvre ces deux aspects de la thérapie à fin d' agir sur le corps et l'esprit.

La macrobiotique est une médecine préventive qui ne considère pas la maladie comme un ennemi à combattre, mais comme une rupture d’équilibre ( Sodium-Potassium – Yin-Yang – Positif-négatif, croyance et connaissance, etc.... )

Dans le cadre de la médecine macrobiotique on se prend en charge, on est responsable de soi-même et de sa famille, au lieu de s'en remettre à une autre personne, à un médicament ou à un traitement symptomatique. C'est une médecine du corps entier. La maladie à son début est considérée comme un avertissement, comme un signe amical.

La médecine macrobiotique encourage l'autoréflexion. Elle stimule la conscience de soi, la maîtrise de soi. C'est une médecine de liberté. Toutes les autres médecines sont des médecines de dépendance. C'est le malade lui-même qui doit se soigner et se guérir, être totalement responsable de lui-même sans dépendre d'aucun médecin, sans avoir à demander de conseils à qui que ce soit.


La guérison macrobiotique commence donc par l'autoréflexion. Mais celle-ci ne doit pas concerner seulement la maladie. Il faut aussi remettre en question toutes ses attitudes, sa façon de penser, de se comporter, de manger, et même la société où l'on vit. Il faut tout remettre en question. L’autoréflexion est donc le principe de base de la médecine macrobiotique. L’auto-diagnostic en est l’outil pratique.
Le malade doit découvrir lui-même la cause de sa maladie. Le désespéré doit réfléchir sur les causes véritables de son malheur.

  • Où se trouve cette cause?

  • Est-ce un problème de nourriture ?

  • D'environnement ?

  • De comportement, d’attitude envers les autres?

  • Qui en est le responsable ?

Si sa réflexion est profonde et sincère, il va découvrir qu’il est lui-même responsable de sa maladie et de son malheur. Après cette découverte fondamentale, qui est une chose souvent difficile à accepter, il faut procéder à une véritable révolution, à un changement radical de mode de vie, de comportement, de rapport avec les autres, etc. Mais le premier changement, immédiat, qui ne dépend que de vous, est d’ordre alimentaire.

La médecine naturelle macrobiotique est avant tout une médecine alimentaire régénératrice faisant appel au bon sens et à la logique. Elle est en accord avec les principes qui régissent les forces vitales de la Nature depuis des millénaires, elle tente à l’unification plutôt qu’à la séparation.

Comme toute chose, la guérison par la médecine macrobiotique, a un prix. Non… pas un prix en argent, mais un coût en engagement de soi. Plus cet engagement est puissant, total, plus les probabilités de guérison sont grandes.

Les échecs ont donc pour cause l'absence de connaissance ou/et de croyance qui se traduisent par :
  1. Le manque de foi et de conviction dans la pratique.

  2. Le manque de véritable prise de conscience global.

  3. L'à-peu-près, les erreurs et le manque de précision dans les applications diététiques.

  4. Ne pas se sentir responsable de ses maladies et de ses malheurs, en remettre la faute sur autrui.

  5. Se contenter de modifier l'alimentation, sans rien changer de son mode de vie.

  6. Changer son mode de vie sans prendre en compte l'alimentation.

  7. La tromperie, le mensonge, l'abus de confiance. (fais ce que je dis, mais pas ce que je fais ou je ne fais pas ce que je dis )

Après 40 années de pratique, d'enseignement et de nombreuses consultations, je dois admettre que les personnes qui ont été capables d'appliquer et d'intégrer correctement tous ces principes sont rares, cependant, il y en a, et elles se sont guérie définitivement de graves maladies et on atteint le véritable bonheur.

Par contre, j'en ai aussi beaucoup connu qui ne se sont pas guéri, ou seulement partiellement et provisoirement, après avoir négligé un ou plusieurs des 7 points ci-dessus.

Arrivé à ce stade là, il faut convenir que cet art de vivre n'est pas à la portée de tout le monde, il ne sera jamais un mode de vie des masses populaires, et, comme à l'époque de la Renaissance, où il fit fureur dans toutes les cours princières Européenne, il continue, à l'heure actuelle, de se cantonner dans certaines niches bien spécifiques (show-biz, musique, cinéma, etc.) et élitistes ( cours royales, jet set, etc.).

Simplifier ce système à l'extrême pour le ramener à un plat diététique standard, plus ou moins équilibré ou à une monodiète de céréale est une grave erreur, voire une escroquerie, vis-à-vis de malades qui ont mis toute leur confiance et leur dernier espoir dans la guérison macrobiotique.

G.W. sept. 2007