MALADIES ET AFFECTIONS ARTICULAIRES



Arthrose – Arthrite – Ostéoporose – Arthralgie – Polyarthrite rhumatoïde – Rhumatisme – Rhumatisme articulaire aigu (RAA) – Spondylarthropathie, etc.

Préalable :
Nous partons du principe que vos connaissances en macrobiotique sont suffisantes pour interpréter et appliquer correctement nos directives alimentaires, sinon dépêcher vous de vous procurer notre livre (MACROBIOTIQUE POUR TOUS) que vous pouvez commander sur notre site «
éditions numériques du tao»

Comme dans tout traitement macrobiotique, pour qu’il y ait un maximum de chance de guérison, il est nécessaire de comprendre le processus de développement des maladies selon une approche dialectique et macrobiotique. (Voir les 3 articles précèdent sur l’origine des maladies).

Les maladies articulaires, comme de nombreuses autres maladies sont le résultat d’une totale incompréhension par le corps médical et par la plupart des malades, de l’importance de la nourriture dans le développement des maladies.

Un déséquilibre prolongé (plusieurs années) d’une nourriture trop acide (yin) ou trop alcaline (yang) provoque inéluctablement une destruction et une déformation du cartilage et parfois de l’os lui-même, dans les articulations.

L’arthrose peut aussi bien atteindre les doigts que la colonne vertébrale (cervicarthrose, dorsarthrose…), les genoux (gonarthrose), la hanche (coxarthrose).

L’arthrite et les rhumatismes sont en général le premier stade inflammatoire des affections articulatoires.

Comme vous le savez, ou l’avez expérimenté, aucune de ces affections ne peut-être guérie par la médecine moderne, seuls les symptômes et les douleurs sont améliorées avec des anti-inflammatoires puissants, non stéroïdiens (AINS) mais qui entraîne souvent des effets secondaires graves, comme des ulcères hémorragiques pouvant entraîner la mort (
2000 cas par an, répertorié en France).

Quand aux causes, elles demeurent inconnues du corps médical, qui d’ailleurs ne s’en soucie guère. (
Médecine symptomatique).

En médecine macrobiotique prophylactique les causes sont connues ou recherchées. Des traitements efficaces externes et internes existent, contribuant à une nette amélioration, voir à une guérison totale.

La meilleure preuve, c’est que de nombreux malades atteints de l’une ou de l’autre de ces maladies, ont été guéris ou ont ressenti une nette amélioration, simplement en modifiant leur alimentation habituelle durant 1 mois, leurs maladies réapparaissant sitôt qu’ils retournent à leurs erreurs alimentaires passées.

Dans tous les cas, une alimentation standard macrobiotique améliore considérablement un état de santé déficient, et suffit parfois à guérir des maladies récurrentes.

En ce qui concerne les maladies articulaires, elles se situent au quatrième niveau dans le tableau qui définit la progression et la gravité des maladies, selon la médecine macrobiotique
(voir rubrique “Santé” – chap. La maladie n’est pas une fatalité). À ce stade ces maladies ne sont pas anodines, et seule une profonde remise en cause du mode de vie et de l’alimentation est susceptible d’apporter rapidement une nette amélioration et à plus longue échéance (de trois à 6 mois) une guérison complète.

Définitions et localisations.

Arthrose, arthrite, polyarthrite, arthralgies… Des noms un peu barbares pour désigner de nombreuses maladies et troubles articulaires.

En grec, le terme “arthron” désigne les articulations. Rien d’étonnant donc à ce que tous les mots en “arthr” correspondent à des maladies rhumatologiques. Si elles se ressemblent par leur terminologie, si elles se traduisent toutes plus ou moins par des douleurs articulaires, ces affections ne doivent néanmoins pas être confondues.

L’arthrose, une maladie très banale Très répandue, l’arthrose résulte d’une dégradation du cartilage qui recouvre les extrémités des os s’emboîtant au niveau des articulations. Touchant des millions de personnes, elle est d’autant plus fréquente que l’on vieillit et peut survenir plus rapidement lorsque les articulations ont été fortement sollicitées, un phénomène fréquent chez les sportifs de haut niveau ou chez certains travailleurs manuels.

Arthrite Le mot “arthrite” définit l’inflammation d’une articulation.

Monoarthrite, oligoarthrite et polyarthrite. Selon qu’une, ou de nombreuses articulations sont touchées par le processus inflammatoire, on parle de “monoarthrite”, ”d’oligoarthrite” ou de “polyarthrite”. Observée chez les adultes, la polyarthrite rhumatoïde ressemble à l’arthrite chronique évolutive des enfants. Cette maladie était d’ailleurs appelée auparavant “polyarthrite chronique évolutive” ou “polyarthrite chronique rhumatismale”.

La spondylarthrite ankylosante. “Spondyl” définit le rachis en grec et “ankylo” la rigidité. Le terme de spondylarthrite ankylosante a donc été choisi pour désigner un rhumatisme qui atteint plus volontiers la colonne vertébrale et raidit peu à peu le dos. En réalité, les articulations du bassin sont également fréquemment atteintes par le processus inflammatoire dans cette maladie. À l’inverse de la polyarthrite, la spondylarthrite est plus fréquente chez les hommes. Enfin, un dernier terme doit peut-être être connu, celui d’”arthralgies”. Il correspond tout simplement à l’existence de douleurs articulaires, quelle qu’en soi la nature. Quant au mot “rhumatisme”, il se rapporte à toute affection aiguë ou chronique ayant une traduction articulaire, s’associant à un gonflement des parties molles et en règle générale à des douleurs. Il désigne ainsi les symptômes et non les causes de l’affection.

Causes.
Quand aux causes, comme d’habitude, elles sont totalement ignorées par la médecine classique, ou attribuée à toutes sortes de maladies. Certaines arthrites sont provoquées par des germes comme le streptocoque (rhumatisme articulaire aigu), le gonocoque (blennorragie), le BK (tuberculose), le staphylocoque, les Borrelia transmises par les tiques (maladie de Lyme)… D’autres sont consécutives à un traumatisme ou en rapport avec des maladies qui ont une expression articulaire. Il peut s’agir, par exemple, de la goutte, d’atteintes articulaires associées à des affections chroniques du tube digestif (maladie de Crohn) ou, chez les enfants, d’un rhumatisme assez rare pouvant intéresser plusieurs articulations, l’arthrite chronique évolutive. Certaines arthrites ou “arthropathies nerveuses” peuvent également se rencontrer au cours de maladies modifiant l’activité du système nerveux comme le diabète, la lèpre…etc.etc etc.…

Causes et symptômes selon la médecine macrobiotique.
Bien que ses symptômes se manifestent sous des formes variées, on peut classer l'arthrite en deux types distincts, selon la cause:


1.
Arthrite yin - produite par la consommation excessive de divers aliments yin tels que les fruits, jus de fruits (variétés tropicales et semi-tropicales tout spécialement), les épices, les plantes stimulantes et aromatiques et les boissons alcoolisées ou sucrées, le sucre, le miel, le chocolat et le vinaigre ainsi et principalement la consommation excessive de tomates, aubergines, pommes de terre, etc. (solanacée) et autres légumes d'origine tropicale.

En général, lorsqu’on se trouve en présence d’une affection de type yin, les articulations seront plus chaudes, rouges, enflées et douloureuses à la flexion.

2. Arthrite yang - due à la consommation excessive d'aliments des catégories yang qui comprennent les viandes, les œufs et autres produits animaux. Le sel et autres minéraux pris en grande quantité, y compris les excès de calcium associés à la consommation régulière de produits laitiers, créent également un état arthritique yang. En dépit de ces différences, ces deux types d'arthrite ont en commun d'être aggravés à des degrés divers par la consommation excessive d'huile et de graisses d'origine animale. En plus, ces deux types s'aggravent si l'on prend des liquides en excès, des boissons glacées telles que sodas, bières et autres. Les crèmes glacées sont bien sûr un des principaux facteurs qui contribuent à créer les symptômes arthritiques.

Symptômes de type yang: pas d’enflure mais déformation des articulations, articulations plutôt froides et sèches. Douleurs aux touchés, à la pression. Certaines affections peuvent cumuler des symptômes de type yin et de type yang.

Danger des légumes d'origine tropicale. (D’après un article de Michio Kushi)

Les légumes d'origine tropicale et subtropicale peuvent être consommés dans leur pays d'origine mais ils sont généralement trop décentrés du point de vue de leur énergie et de leurs effets sur le mental et sur le physique pour être utilisés, même occasionnellement, dans les régions à climat tempéré à quatre saisons. Il en est de même pour les variétés originaires de latitudes très méridionales et qui sont maintenant cultivées dans des régions plus septentrionales. Dans la plupart des cas, elles ne sont cultivées dans leur nouvel environnement que depuis seulement quelques siècles, ce qui en terme d'évolution, est très récent. Peut-être qu'après plusieurs milliers d'années, elles se seront plus complètement adaptées aux nouvelles conditions de sol, de climat et de croissance et seront-elles plus adaptées à la consommation humaine.

Parmi les légumes tropicaux les solanacées sont particulièrement déconseillées; elles comprennent les pommes de terre à chair blanche, les tomates, les aubergines, le poivre vert, le piment, le poivre du chili, le poivre de cayenne et le paprika ainsi que le tabac, la belladone, la jusquiame et toutes les autres plantes de la famille de la belladone.

Dans les froides régions montagneuses des Andes d'où elle est originaire, la pomme de terre était utilisée, à l'origine, comme plante de couverture en vue de préparer le sol pour la culture du maïs. Pendant les périodes de famine, quand les céréales manquaient, la saveur amère de la pomme de terre et ses propriétés semi-toxiques étaient neutralisées, dans une certaine mesure, en les faisant tremper dans les torrents froids de la montagne, puis en les broyant et en les séchant pour les utiliser sous forme de farine ou en les faisant cuire au four ou à l'eau. Seules les racines tubéreuses étaient consommées car les feuilles, les fleurs, les tiges, les baies et les autres parties poussant au-dessus du sol sont toxiques. La tomate, originaire des plaines tropicales d'Amérique du Sud et d'Amérique Centrale et ayant les mêmes caractéristiques que la pomme de terre a été apportée en Afrique par les Conquistadors. Elle fut introduite dans le sud de l'Europe, en même temps que la pomme de terre, vers le seizième siècle. L'aubergine, originaire des Indes, est arrivée en Europe au moyen-âge. Cependant, durant plusieurs centaines d'années ces trois plantes furent considérées comme des poisons et cultivées uniquement pour leurs qualités décoratives.



img.articul1

Depuis l'antiquité, les morelles noires (solanum nigrum)qu'on trouve partout en Europe ont été utilisées en médecine pour stimuler ou calmer le système nerveux, augmenter la fréquence des battements du coeur, régulariser la fonction digestive et accroître la tension artérielle. Quand la pomme de terre est arrivée en Europe et a commencé à être utilisée comme nourriture, les médecins et les herboristes ont noté une recrudescence de la lèpre. Comme les variétés de pommes de terre et de tomates cultivées aujourd'hui sont plus nombreuses, plus pauvres et moins amères que celles cultivées autrefois, leur utilisation régulière dans l'alimentation moderne est un facteur contribuant à la perte de l'immunité naturelle et peut conduire à un grand nombre de conditions extrêmes dans le sens de l'expansion allant des rhumes et des grippes aux éruptions cutanées et aux démangeaisons, à la perte de la vitalité sexuelle, à la poliomyélite et à un bon nombre d'autres désordres. Ceci commence à être confirmé par la science moderne. Par exemple: le docteur Norman Childers, professeur d'horticulture au Cook College dans le New-Jersey, qui a étudié toute sa vie les solanacées, a découvert que la consommation régulière de tomates, de pommes de terre et d'aubergines est une des principales causes de l’arthrite.


Dans son livre, « les morelles noires » il rapporte que chez de nombreux patients arthritiques, les symptômes de cette maladie potentiellement estropiante disparaissaient quelques semaines ou quelques mois après qu'ils ont cessé de consommer ces produits. Historiquement, les Européens, les Américains et d'autres peuples modernes sont attirés vers des nourritures excessivement yin comme les pommes de terre, les tomates, les aubergines, le poivre et les épices, par le besoin d'équilibrer leur grande consommation de viande, de volailles, d'œufs, de produits laitiers et d'autres aliments trop yang. Cependant, un équilibre recherché à partir de tels extrêmes n'est pas naturel et conduit inévitablement à la maladie et au malheur.

En tant que nourriture, les solanacées sont toutes à éliminer radicalement. Cependant, leurs propriétés médicinales sont tout à fait utiles. Par exemple, en macrobiotique, pour les soins familiaux, la pomme de terre est utilisée en compresses pour aider à éliminer les toxines accumulées dans l'organisme et l'aubergine, cuite au four et réduite en poudre fine, est utilisée comme dentifrice connu sous le nom de dentie.

Une autre variété de plante, peu ou pas consommée en macrobiotique, est constituée par la famille des chénopodes. Ces légumes, généralement d'origine semi-tropicale, comprennent les épinards, les betteraves et la rhubarbe. En général, ils noircissent à la cuisson et ne se combinent pas bien avec les autres aliments. De plus, ils contiennent de l'acide oxalique qui empêche à l'organisme de fixer le calcium dans les cellules et dans les tissus. Dans les cas extrêmes, les oxalates peuvent conduire à la formation de dépôts de calcium et de calculs au niveau des reins. Il existe d'autres variétés tropicales ou semi-tropicales qu'il est préférable d'éviter dans les régions tempérées: ce sont, entre autres, les artichauts, les asperges, les avocats, les fruits à pain, le manioc, l'okra, le plantain, les patates douces et les ignames.

Ces aliments sont recommandés dans leur environnement naturel, où ils constituent une partie importante de l'alimentation traditionnelle. En de rares occasions, lorsque l'on prend un repas à l'extérieur ou que l'on prépare des produits exotiques chez soi, les effets nocifs des légumes semi-tropicaux peuvent être quelque peu réduits en contrebalançant leur énergie extrêmement yin avec des méthodes de préparation plus yang, par exemple en salant les aliments crus ou en les faisant mariner dans du tamari ou dans du vinaigre de riz, en les consommant, toutes les fois que cela est possible sous forme cuite plutôt que crue, en utilisant des méthodes de préparation longues comme les cuissons à l'eau, à la vapeur ou au four et en assaisonnant les plats avec légèrement plus de sel, de tamari ou de miso qu'habituellement.



img.articul2
Régimes alimentaires.

L’assiette standard pour régions tempérées à froid (Nord de la France – Suisse – Belgique ).

Pour les régions plus chaudes, modifier les proportions comme ceci:

Céréales = 35/40% – Légumes = 30% – Algues = 5% – Légumineuses = 10%
Protéines végétales = 10% – Fruits = 5%.
Comme base, débuter avec l’assiette standard, en appliquant les proportions indiquées dans le graphique ci-contre.

Les aliments suivants sont exclus:

  • Produits laitiers
  • Protéines animales
  • Viandes, œufs
  • Sucre, miel, chocolat
  • Pâtisseries
  • Sodas sucrés
  • Boissons glacées, crèmes glacées
  • Vinaigre, moutarde
  • Piments, poivre, épices, curry
  • Tomates, pommes de terre,
  • Aubergines, épinards, rhubarbe, asperges, artichauts.
  • Fruits tropicaux, crudités
Encore quelques recommandations:
  • Éviter les eaux minérales calciques et gazeuses. Cuisiner avec le moins d’eau possible. Boire du thé de trois ans (kukicha et bancha).
  • Consommer les fruits de saison en compotes et cuits avec du kouzou.
  • Aucune crudité, juste un peu de persil sur les céréales.
  • Préparer du gomasio à 1/12.


Recettes spéciales :

La soupe de riz (Riz Kayu) : Kayu signifie "riz affaibli" ou "riz adouci". Faites griller une tasse de riz complet dans un peu d'huile de sésame jusqu'à ce qu'il devienne brun doré. Ajoutez 6 à 8 tasses d'eau (5 tasses en cas de cuisson à la pression), portez à ébullition, ajoutez une pincée de sel marin et faites cuire à feu doux jusqu'à ce que le riz soit tendre et qu'il reste environ la moitié du volume total. Ceci prend de 2 à 3 heures. C'est un petit-déjeuner très bon pour tous les gens malades et en particulier en cas d'arthrite et de rhumatisme. Il peut être consommé avec une umehoshi. On peu également recuire un reste de riz dans 6 fois son volume d’eau, et cuire 3 h.

Le millet (riche en silice – reconstituant osseux). Recette de base. Prendre du millet doré complet et le faire revenir dans un peu d’huile. Cuire dans deux fois son volume d’eau, ajouté une pincée de sel, amener à ébullition, réduisez le feu au minimum, couvrir et laisser cuire doucement 1/2 h. sans y toucher. Retirer du feu, aérer les grains à la fourchette et servir.

Algue Nori Griller légèrement une feuille en la passant rapidement des deux côtés sur une flamme, puis l’émietter sur les céréales ou sur des sobas (pâtes de sarrasin) directement dans l’assiette. Spécifique de l’ostéoporose.

Thé de 3 ans: Bancha ou Kukicha. Riche en sel minéraux, boisson de base, à consommer chaque jour. Préparation: 1 c.c. par tasse d’eau, bouillir 3 minutes, laisser tirer 5 minutes, passer.

Traitements externes.

Frictions à l’huile de gingembre : Râpez suffisamment de gingembre frais pour obtenir une cuillerée à café de jus de gingembre. Mélangez avec la même quantité d'huile de sésame. Bien agiter avant usage. Si ce mélange donne une sensation de brûlure, vous pouvez réduire la quantité de jus de gingembre: Prenez par exemple 10 gouttes de jus pour une cuillerée à soupe d'huile. Ce mélange stimule la circulation sanguine. Cette huile est particulièrement bonne pour les rhumatismes, l'arthrite, les névralgies (comme les névralgies faciales). Si ce traitement est utilisé après l'application d'une compresse de gingembre, il peut prolonger l'effet de la compresse.

Bain de pieds ou de mains au gingembre: préparer 3 à 4 lt. d’eau de gingembre.
( Voir “Macrobiotique pour tous” ) laisser tremper 1/2 h.

Compresses de gingembre: voir Traité complet de Macrobiotique

Emplâtres d’argile chaude: recommandé pour des altérations déjà anciennes, des articulations (plusieurs années).
Causes d’échecs ou de guérison incomplète.


  • Ne pas avoir la possibilité de préparer ses repas. Commettre des erreurs dans les préparations culinaires. Ne pas avoir suivi quelques cours de cuisine macrobiotique.
  • Les 3 premiers mois appliquer avec beaucoup de rigueur, toutes les recommandations indiquées dans cet article. Même un petit détail peut ralentir ou empêcher la guérison.
  • Par la suite, après que vous vous êtes guéris, les règles de base de l’art de vivre macrobiotique devront êtres respectées, sinon vous retomberez malade irrémédiablement, à plus ou moins brefs délais.

La médecine de l’art de vivre macrobiotique est radicale à condition d’en avoir assimilé le principe fondamental.